Historique

La Coopérative Tiers Lieux est née d’un collectif constitué de créateurs et animateurs de tiers-lieux qui se sont réunis pour partager leurs expériences avec d’autres porteurs de projets et pour faire connaître ces nouvelles organisations du travail.

Créé à Pomerol, en Gironde, fin 2010, L’Arrêt Minute, premier espace de coworking en Aquitaine, réunit immédiatement plusieurs coworkers séduits par la formule. Son implantation rurale, au milieu des vignes, interpelle localement. Elle démontre aussi l’intérêt d’une telle dynamique pour le tissu local.
C’est ici que l’histoire commence ; par la rencontre entre Lucile Aigron, fondatrice de l’Arrêt Minute et Marie-Laure Cuvelier qui co-crééait parallèlement, le Node, l’un des tous premiers espaces de coworking à Bordeaux. Accompagnées par Philippe Lutringer qui travaillait sur les mêmes sujets dans le Médoc, nous créons un consortium porté juridiquement par l’Arrêt Minute pendant un an avec pour ambition de faire connaître ces nouvelles organisations du travail auprès d’acteurs publics, d’entreprises et de citoyens. Commence alors notre programme Tiers-Lieux, travailler autrement en Aquitaine.

“Très vite, en 2010, mon parcours de médiation culturelle m’a servi pour développer l’Arrêt Minute. Il s’est transformé en 2011 vers de la médiation politique pour défendre l’indépendance des porteurs de projets auprès des collectivités locales et positionner celles-ci dans un rôle de partenaire et d’aide à l’émergence. Notre engagement auprès des tiers-lieux a démarré en jouant ce rôle de médiateur entre acteurs privés et acteurs publics. ”


Lucile Aigron

En avril 2011, la Région Aquitaine repère l’Arrêt-Minute à travers un article dans un journal local. Nous rencontrons la délégation numérique de la Région qui voit entre autres dans notre exemple une opportunité de faire évoluer la politique publique régionale.
En effet, le développement des usages numériques associé à celui des tiers-lieux seraient un levier en rural ou périphérie pour permettre :
– aux salariés d’éviter les déplacements pendulaires et de maintenir des actifs sur leurs territoires de vie,
– aux nombreuses entreprises uni-personnelles de pouvoir s’épanouir dans un cadre collectif,
– aux actifs de pouvoir séparer leur cadre privé et professionnel,
– aux associations ou petites structures de se développer sans prendre de risque…
En Juillet 2011, un premier appel à manifestations d’intérêt est lancé en région pour aider les projets de tiers-lieux à s’amorcer. L’Arrêt-Minute est la figure de proue de la région sur la thématique.

Les nombreuses rencontres et démarches locales portent leurs fruits ; plus de quarante projets et lieux sont recensés en région Aquitaine fin 2013 contre 2 tiers-lieux en 2010.

Toutes ces initiatives citoyennes et entrepreneuriales nous confortent dans l’idée qu’il est possible de travailler autrement pour vivre mieux. Nous pensons que chacun devrait avoir un tiers-lieu à moins de 20 minutes de chez lui.
Nous avons créé le premier espace de coworking rural en France et sommes tous acteurs au quotidien dans nos lieux. En tant que tiers de confiance des pouvoirs publics et des acteurs locaux, nous détectons, accompagnons et fédérons les tiers-lieux. En 2013, l’implication des bénévoles ne suffit plus tant les besoins pour les gérants d’espaces sont nombreux et demandent une implication plus régulière. Par ailleurs, les publics intéressés cherchent de l’information sur les tiers-lieux, un accès facilité et cohérent avec leurs usages. L’équipe décide d’engager un processus coopératif sur ces questions en créant une association de préfiguration d’une Société Coopérative d’Intérêt Collectif.

Les sollicitations affluent à mesure que les tiers-lieux bourgeonnent sur la région Aquitaine et nous menons ainsi de nombreuses activités de conseils et d’accompagnement de projets parallèlement à nos activités professionnelles respectives. C’est ainsi que Lucile Aigron et Marie-Laure Cuvelier, co-fondatrices de la Coopérative Tiers-Lieux, décident à l’automne 2014 de se salarier à la structure associative afin de sillonner le territoire pour soutenir les initiatives de tiers-lieux.

Nous développons une formation au métier de facilitateur de tiers-lieux en 2015, soutenus par la Région Aquitaine. La demande étant forte sur le sujet, nous avons construit un cursus de formation de 16 jours étalé sur un an pour répondre aux interrogations et appréhender dans sa globalité la fonction de facilitateur. Les rencontres se font entre les stagiaires et les facilitateurs en activité. C’est la culture tiers-lieu à travers l’exemple.

Fin 2015 on recense plus de 80 tiers-lieux sur la région et l’équipe salariée s’agrandit. Nous recrutons Chloé Rivolet au terme de 3 ans d’expérience en tant que facilitatrice du Node à Bordeaux.

Le processus coopératif engagé en 2013 nous amène en 2016 à transformer notre association en Société Coopérative d’Intérêt Collectif.

 

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!