Pourquoi travailler autrement ?

Alors la recherche d’équilibre vie professionnelle et vie personnelle aurait-elle la parure d’un graal ?

Une contrainte économique ou contextuelle peut être contournée. Elle nous oblige à trouver des ponts, créer des alliances, nous outiller différemment pour atteindre un but, un endroit ou une meilleure situation.
L’émergence mondiale et simultanée des tiers-lieux montre à quel point les citoyens ont été en capacité de trouver des réponses collectives à leurs problématiques individuelles.
Le tiers-lieu cadre et propose un lieu de vie professionnelle pour aspirer au meilleur équilibre possible. Les économies d’échelle demeurent dans la mutualisation d’équipements, de services, de réseaux et de savoirs. Le tiers-lieu est donc l’expression d’une façon d’entreprendre plutôt ancienne finalement, où la transmission est la clé de voûte de toute collaboration à venir.

Ces plages horaires reconquises grâce aux tiers-lieux ruraux et/ou péri-urbains sont un levier formidable en terme d’attractivité et de développement local économique. Les actifs qui ne perdent plus des heures dans les transports et restent travailler dans leur territoire de résidence consomment le midi sur place, font plus facilement leurs achats, et profitent de ce temps gagné pour mieux profiter de leur famille ou pour s’investir dans la vie associative. En parallèle, voire au sein même des tiers-lieux, les individus repensent ensemble tous les domaines de la vie de la cité : la nature, l’agriculture, le bien commun, l’éducation, le droit, la propriété, le travail, l’entrepreneuriat, l’innovation, le territoire, l’habitat, l’énergie, la diffusion et le partage de l’information et du savoir, le numérique, l’industrie et la politique.

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!